Quand le « progrès » amène l’Homme vers son déclin.

Aujourd’hui nous avons une certaine idée du progrès, nous pensons que notre technique est l’unique facteur d’évolution de notre espèce. Nous voyons bien aujourd’hui que des nouveautés technologiques amènent à des changements sociaux appelés plus communément « progrès social », mais bien souvent ces dits « progrès » ne sont en rien un progrès. Mais ces deux facteurs font oublier deux autres facteurs qui sont les plus importants à mes yeux : le facteur de l’intelligence et du corps.

Est-ce que ces 2 facteurs sont en constante évolution d’après vous ?

Vous savez quand j’étais enfant, j’avais une idée du progrès assez naïve. Je pensais que les programmes scolaires allaient être de plus en plus durs, créant au fur et à mesure que le temps passe, des enfants plus brillants que nous l’étions. Je pensais que la majorité de la population serait dans des métiers intellectuels. Je pensais que nous serions en meilleure santé physique, plus fort, plus grand. Mais est-ce que ce progrès véritable voit le jour ?

-Baisse des programmes scolaires chaque année.

-Augmentation de l’obésité dans les sociétés développées ou d’une maigreur de plus en plus visible chez nos hommes.

-Baisse sensible de la qualité de tous nos aliments même s’ils sont Bio.

Comment peut-on voir encore une notion de progrès autre que celle de la technique ? Car moi je ne vois qu’un progrès du déclin et de la laideur.

Alors que les machines nous remplacent petit à petit, que faisons-nous ? Au lieu d’augmenter le niveau scolaire, et d’avoir une vision d’avenir projeté dans la spécialisation des métiers qui sont à la pointe de la science et de la technologie, nous faisons l’inverse  ! Le niveau de nos enfants baisse et nous proposons le revenu universel ! Mais quelle finalité a tout cela ? Une société où les Hommes vivent uniquement pour leur propre bonheur et leurs loisirs ? Une société où tous les Hommes et toutes les femmes sont égaux dans leur médiocrité ? Une société où les puissants pourront remettre légitimement en cause notre droit de vote, sachant qu’une démocratie ne fonctionne qu’avec un peuple éclairé ?

Toutes ces questions ont le mérite d’être posées, car l’homme a toujours la fâcheuse tendance de ne pas se poser les bonnes questions sur ce qui arrivera dans plusieurs dizaines voire centaines d’années.

« Après moi le déluge » comme dit le dicton.

Quand certains voient un progrès dans la démocratisation de certaines technologies, moi je vois un facteur de plus qui va amener l’homme vers son déclin. Prenons l’exemple d’une de ces avancées techniques qui a amené l’homme à son inintelligence : Les écrans.

Aujourd’hui, nous sommes de partout entouré d’écrans. Quand ce n’est pas la télévision, c’est notre ordinateur, et quand ce n’est pas cet ordinateur, ce sont nos fameux téléphones portables. Ainsi, les écrans nous ont enlevé la possibilité de nous retrouver seuls avec nous-mêmes. Ces écrans ont été la « libération » de notre ennui, car pas une seule seconde ne se passe sans qu’il n’arrive quelque chose de nouveau sur ces écrans. Nous pouvons regarder des films, des séries, jouer aux jeux-vidéos, regarder des vidéos youtube, regarder les infos. De ce fait, l’Homme peut s’il le souhaite ne jamais s’ennuyer juste avec des écrans. L’Homme d’aujourd’hui peut même se satisfaire sexuellement avec ces écrans, le rendant malade, et incapable d’avoir des rapports sexuels normaux.

Oui, nous avons enfin tué notre ennui, mais est-ce une avancée ? Sachant que l’ennui permettait de se recentrer et de penser comment l’on pouvait utiliser ce temps précieux de manière intelligente. Mais grâce à ces écrans au lieu d’utiliser ce temps pour quelque chose d’utile, nous le remplissons par du vide, du virtuel.

Nous avons coupé l’Homme de lui-même.

Mais nous voyons aussi que l’Homme l’a remplit par autre chose, le présent. Et cette nouvelle ère des écrans nous a amené tout droit vers ce quoi allait la civilisation. C’est-à-dire le nihilisme, qui sont l’absence de sens et l’anéantissement de toutes les anciennes valeurs. Mais dans ce néant une seule chose peut subsister, le présent, c’est la seule chose qui a du sens désormais. D’ailleurs, la phrase en vogue de notre temps n’est elle pas « profite de l’instant présent et lâche toi !» ?

En évacuant de nos esprits notre passé et notre futur, nous pouvons enfin cesser de penser et de réfléchir pour ressentir, et avoir du plaisir. De ce fait, nous sommes dans un temps où le loisir et le plaisir sont plus importants que la réflexion et la recherche de la vérité. Donc finalement rien de tel que la télévision et internet pour ces choses-là qui est la promotion permanente de l’instant présent.

Les conséquences de cet éternel présent sont visibles aujourd’hui. La recherche du buzz, la recherche de la sensation forte, mais pas la recherche de la réflexion. Le temps long n’existe plus, nous n’avons plus de vision d’ensemble ni de hauteur de vue. Chaque événement se succède en oubliant ce qui s’est passé précédemment, faisant une bouilli d’information désordonnée.

Nous perdons notre mémoire.

Mais il ne faut pas oublier le facteur de l’argent qui régit notre monde et celui de nos écrans. Et il est forcément plus vendeur un titre d’article qui va parler de la vie privée de certains politiques qu’un titre où il sera question de Baudelaire et de la décadence par exemple. Encore une fois, la réflexion perd face à la facilité de la médiocrité.

De ce fait dans ce temps où nous ne pensons plus dans un lointain passé et un lointain futur, l’homme est condamné à vivre dans l’absence de sens qu’est le présent. Et si la vie n’a pas de sens a quoi cela sert d’apprendre, a quoi cela sert de vivre des choses difficiles ? Et c’est là que nous allons chercher éperdument le bonheur, en édulcorant tout ce qui nous fait souffrir, pour ne garder que le plaisir.

C’est pour cela que dans cette configuration comment peut-on avoir une idée de progrès de l’intelligence et du corps ? Car ce n’est pas dans la facilité et le plaisir que l’homme pourra se perfectionner et parvenir à quelque chose de grand et de beau dans son corps et son esprit, mais dans la difficulté. Malheureusement, la difficulté est tout ce que l’on veut enlever dans notre mode de vie. Alors comment pouvoir se construire dans un néant aseptisé où plus aucune chose ne nous stimulerait?

Peut-être qu’un jour la technologie nous permettra de ne plus utiliser nos jambes pour pouvoir marcher, encore dans un souci de confort. Peut-être qu’un jour les machines nous satisferont sexuellement, pour plus de confort, cela commence déjà avec la pornographie actuelle. On peut imaginer dans cette idée de progrès que les hommes légueront la réflexion aux dits « intellectuels », pour que l’on ne s’occupe plus que de notre bonheur. Mais où va-t-on ? Est-ce cela notre idéal ? Un Homme satisfait de part en part, n’ayant plus aucune raison d’évoluer et de se surpasser ?

Il faudra vous poser la question, vous en tant qu’individus, si la société qui est en train de se dessiner, c’est-à-dire un transhumanisme, où l’Homme laid et vil pouvant vivre plus de 200 ans est vraiment ce que vous désirez. Car quand cette société ultra technique aura vu le jour, plus aucune once de liberté ne sera disponible pour un retour en arrière.

L’évolution de la technique doit obligatoirement s’accompagner dans un progrès de l’Homme, dans son corps et son esprit, car si ce n’est pas le cas, nous serons dominés par la technologie et toutes ses nouveautés. Aujourd’hui, nous le voyons bien, tout progrès technique amène un changement dans la société et nos vies sans notre véritable accord. Voulons-nous nous faire dicter notre mode de vie par tous les changements technologiques qui arrivent ?

non, tout ce qui est nouveau n’est pas toujours meilleur pour l’homme.

Le véritable progrès commencera quand l’Homme sera assez fort pour dominer la technologie, et non se faire dominer par elle. Le progrès commencera à partir du moment où l’homme aura une vision de l’avenir autre que la vision de sa propre vie en tant qu’individu. L’individualisme a ses bons côtés mais aussi ses mauvais. Son mauvais côté est de croire que nous pouvons exister et avoir un avenir individuel sans un avenir collectif lointain. Nous sommes tous liés. Tous nos futurs sont liés et il serait peut-être temps de se rendre compte de cela. Car tout ce que nous faisons actuellement est en dépit de toute vision d’avenir.

Soyez en sûr, si vous ne voulez pas réfléchir à une autre vision de l’avenir, cet « idéal » déjà mis en place ne risque pas de se voir bousculer. Eux ont un idéal, mais nous autres, qu’avons nous à proposer en face de cet idéal si ce n’est de contester ces changements de société sans avoir une autre vision de l’avenir ?

Il est grand temps qu’un autre idéal, un idéal où toutes ces fausses valeurs altruistes, de l’amour de son prochain, d’égalité dépravé, et de nivellement par le bas arrivent à leurs termes pour créer une nouvelle morale en accord avec nous même dans notre nature la plus profonde.

Revenir à la nature, non pas pour revenir en arrière, mais pour plus de grandeur, pour voir arriver un nouveau type d’homme supérieur grâce à son éducation physique et culturelle, enclin à vivre dans ce monde ultra technique, où l’homme d’aujourd’hui si il ne change pas sera dépassé.

Le temps des petits plaisirs arrive à sa fin dans n’importe quelle configuration d’avenir. Il faut à présent se réveiller. Nous avons un choix, soit de vouloir d’un Homme assez fort mentalement et physiquement pour maîtriser des pulsions viles qui iront le pousser à utiliser des technologies qui le dépravent et le rendent faible, soit de vouloir un homme vil, non éduqué enclin à vouloir combler toutes ses petites envies avec notre technique. Le choix qui s’offre à nous, c’est de soit vouloir que l’homme reste homme en s’améliorant par une éducation le rendant meilleur, soit de vouloir d’un Homme qui n’a rien d’Homme, amélioré par la technique, tout en continuant de se dépraver pendant qu’une minorité dirige. Moi en tant qu’Homme, je choisis la liberté par la force de l’esprit plutôt que de la dictature des pulsions qui rendent l’Homme faible.

Et parce qu’il faut se changer soi-même pour changer le monde, vous avez toutes les cartes en main pour changer votre monde.

Un homme de lettre

Publicités

20 réflexions sur “Quand le « progrès » amène l’Homme vers son déclin.

  1. Aelinel Ymladris dit :

    Ah l’Homme et la paresse! Il m’arrive parfois de penser aux grands intellectuels du passé et de me dire : « mais si Galilée avait eu accès à nos technologies, quelles belles découvertes il aurait faites encore! Ou si Léonard de Vinci avait pu monter dans un hélicoptère, etc… » Moi non plus, je n’arrive pas à comprendre qu’avec tous les moyens technologiques que nous possédons aujourd’hui, l’Homme régresse au lieu d’apprendre. Ça me dépasse…

    J'aime

    • un homme de Lettre dit :

      Il n’a rien de pessimiste, il est réaliste. Et c’est à partir de ce constat que l’on peut voir comment changer le monde. Et moi je pense qu’au contraire il est plein d’espérance. Car des options politiques s’offre à nous, se changer nous même pour changer le monde. Voilà vers quoi vont aller mes prochains articles je pense, adopter un mode de vie sain, plus intélligent, plus enrichissant, plus épanouissant. merci de votre commentaire 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. L'homme au balcon dit :

    Je pense que passer du temps devant un écran peut-être enrichissant, tout dépend de ce que l’on y regarde, pourquoi on le regarde, et des interactions que l’on a avec. Personnellement je ne regarde quasiment plus la télé depuis 12 ans environ, néanmoins je dois bien avouer que je passe beaucoup de temps sur net :-). J’y lis des articles comme le tien, suis des vidéastes faisant de la vulgarisation scientifique ou autres. Je crée aussi dessus : écriture, dessin, etc…
    Je prends effectivement beaucoup de plaisir à faire toutes ces choses. Mais cela ne me comble pas pour autant. Comme beaucoup d’autres, je vis mal cette société qui se déshumanise chaque jour un peu plus. Je regrette ces réseaux sociaux qui rendent socialement fainéant. Pour prendre des nouvelles d’un ami, il suffit d’ouvrir sa page Facebook. Pour le féliciter d’un quelconque événement, il suffit de taper quelques mots sur un clavier. On ne passe plus voir les gens, on les appelle de moins en moins…

    Bref, je trouve ton article très intéressant, on voit que c’est un sujet qui te tien à cœur, et je te rejoins sur une bonne partie de tes idées. Merci pour ce partage !

    PS: Tout cela me rappelle un passage du film wall-e, où l’on voit une humanité totalement connectée, devenue incapable de se déplacer par ses propres moyens:

    Aimé par 3 people

  3. lessen-ciel.com dit :

    Tes idées sont vraiment très intéressantes… Merci
    le progrès est de tous temps… Auparavant, les gens s’écrivaient de longues missives et puis les gens ont vu arrivé Le téléphone et ils ont rangé leurs plumes..
    . À l’heure actuelle, les mails sont encore plus performants et j’apprécie de recevoir ton article sur mon écran…
    Donc, Le progrès, ou quelque soit le nom qu’on lui donne, se profile depuis que le monde est monde et il faut l’apprécier ou pas dans tous les cas nous ne sommes qu’un fétu de paille qui a le choix de se transformer en hermite… Tout est une question de choix…. belle soirée

    J'aime

      • Maître Renard dit :

        En mal… C’est un point de vue moraliste qui pourrait me gêner par un pessimisme discutable. Cela refait penser à un Tintin et tous ceux qui annoncent la fin du monde…. Ils se sont toujours trompés…

        J'aime

      • Maître Renard dit :

        Pourquoi « imbécile », étymologiquement cefa signifie « faible ». Ce n’est pas parce qu’on n’est pas pessimiste qu’on est optimiste. Pareillement, être pessimiste ce n’est pas forcément être réaliste

        J'aime

      • Maître Renard dit :

        Je pense parfaitement voir la réalité en face. Le déclinisme est une idée à la mode mais inexacte. Cette idée du déclin est vieille comme le monde. Certes, les civilisations meurent aussi mais c’est aussi naturel que la mort. Vous vous placez sur un plan moral, ce qui forcément oriente le débat de manière non objective. Par ailleurs si vous prétendez avoir une sage position philosophique en étant bardé de certitudes et en n’acceptant pas la contradiction, il faut faire de la prédication, pas de la philosophie…

        J'aime

      • un homme de Lettre dit :

        Parce que dire « la mort d’une civilisation n’est ni bien, ni mal », n’a pas une connotation subjective? Qui êtes vous pour ne pas être sensible à n’importe quelle mort ? Un dieu? Où quelqu’un qui n’a plus aucune once de vie en lui pour bousculer ce destin si funeste ? Si je n’acceptais pas la contradiction j’aurai refusé vos commentaires. Mais accepter la contradiction ne m’empêche pas d’execrer de la plus forte des manières votre soi disant « objectivité ». Comme je le dis, rester « philosophe » et stoïque face à la mort d’une civilisation, démontre que vous êtes, soit de nature divine, soit à l’état de mort comme l’est notre civilisation. Or je sais que vous n’avez rien de divin.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s